Zighcult

Collation personnelle d'articles et d'adresses trouvées sur le net pour effectuer des recherches

dimanche 31 juillet 2005

Au sujet du berbère

LES DOCUMENTS DISPONIBLES EN LIBRE SERVICE

source:
http://194.167.236.5/pub/enseignements/langues/afrique/berbere/pages_html/doclibre.htm

Un intéressant ouvrage à découvrir et à faire découvrir

Compte rendu d'El Watan:

Le Périple méconnu d'une langue ancienne, le berbère

Le docteur Abderrahmane Benatia vient d'éditer à compte d'auteur son sixième ouvrage intitulé Le Périple méconnu d'une langue ancienne, le berbère. De l'Himalaya aux Ardennes. Influence de la langue berbère sur le parler arabe d'Occident. Cet essai, comme tient à le souligner l'auteur, est dédié au regretté Chafiq, auteur du savant lexique arabe-berbère. « L'intérêt du lexique de ce monsieur réside dans le traitement de la langue berbère dans sa dimension plurielle, dans la variété et la diversité de ses mots et de ses expressions. » Abderrahmane Benatia estime que si les populations berbères ont adopté et parlent naturellement l'arabe dans leur grande majorité, la langue berbère n'a pas pour autant disparu de l'Afrique du Nord. Cette langue toujours vivace a influencé et influence encore le parler arabe d'Occident. « Le périple méconnu de la langue nous permet de saisir l'autorité de cette langue en tant que témoin linguistique et civilisationnel, tout au long de nombreux millénaires », écrit-il. L'écrivain avance également que de nombreux auteurs ont cantonné ce parler dans la seule « Berbérie africaine » et méconnu son importance dans la genèse de nombreux mots du vocabulaire arabe et dans la formation d'une partie du lexique des langues européennes. Le berbère a rayonné par l'intermédiaire des populations migrantes ibéro-berbérophones en Asie, en Europe de même qu'il a donné naissance à des toponymes, hydronymes, oronymes...- toujours en usage- de l'Himalaya aux Ardennes. Cet intéressant ouvrage de 240 pages est compartimenté en trois parties : « De la linguistique et des langues », « De l'onomastique de Berbérie et d'Asie antérieure » et « De la sémantique ». Ce livre demande une concentration absolue tant les informations données remontent parfois loin dans le temps.
Abderrahamne Benatia- Le Périple méconnu d'une langue ancienne le berbère, de l'Himalaya aux Ardennes, influence de la langue berbère sur le parler arabe d'Occident. Edité à compte d'auteur. 240 pages. Mai 2005.

Chabani Nassima

http://www.souss.com/modules/newbb/viewtopic.php?topic_id=5343&forum=3

Textes:

http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?Destination=Gallica&O=NUMM-103853

Extraits poèmes d'Hawad en tifinagh cursifs et vocalisés
http://www.mondeberbere.com/poesie/img/200204hawad1.jpg
http://www.mondeberbere.com/poesie/img/200204hawad2.jpg

Ecriture tifinagh consonantique et tifinagh vocalisés et cursifs de Hawad

Dans la continuité de l'antique écriture libyque, les tifinagh, gravés ou peints sur roche, se retrouvent dans toute l'aire sub-méditerranéenne et saharienne  correspondant à l'extension historique de la langue berbère, c'est-à-dire de l'oasis de Siwa aux Iles Canaries et de la rive méditerranéenne au fleuve Niger.  Seuls les Touaregs ont conservé  l'usage de cet alphabet consonantique  comprenant, selon les variantes dialectales, de 21 à 27 signes de géométrique.

Cet alphabet peut s'écrire verticalement, horizontalement, de gauche à droite ou de droite à gauche, en boustrophédon ou en spirale ; c'est l'orientation des lettres asymétriques qui donne le sens de la lecture.  Il est transcrit sur des supports divers : pierre, sable, branche d'arbre, écorce, pierre, papier, tissu, cuir...  et utilisé essentiellement pour la correspondance tandis que la littérature, la mythologie et l'histoire des Touaregs sont de tradition orale. Dans les années 1970, alors que le cadre social qui permettait la transmission orale se désintégrait, des usages plus intenses de l'écrit ont abouti à des innovations, collectives ou individuelles, comme l'invention de voyelles.
Les tifingah utilisés par Hawad sont vocalisés. Son écriture dont il fait un usage intensifa pris au fil des ans un cursif particulier. Enfin, pour dépasser "l'espace clos" des mots, Hawad a inventé également une calligraphie originale, qu'il préfère appeler "furigraphie" ... 

Chargé d¹une valeur affective très forte, l¹usage des tifinagh fait partie également de la résistance à la logique étatique. Comme l¹exprime un  chant touareg : ³l¹arabe et le français, ce n¹est pas que nous ne les connaissons pas, nous ne les aimons pas, nous écrirons la page en tifingah et ceux-ci s¹effaceront² . Cette affirmation identitaire et le danger qu¹elle peut représenter sur le plan politique a été si bien perçue que la ³normalisation² et le contrôle de l' écriture tifinagh est devenu un enjeu ³culturel² et politique important, mobilisant les universités et les organismes d¹aide humanitaire, qui chacun cherche à imposer une version unique des tifinagh, dans une belle reproduction du schéma étatique centralisateur. Le pluralisme des systèmes de notation qui ne gène pas les Touaregs est fermement combattu. Pour l¹instant, aucun lien n¹existe entre d¹une part les utilisateurs véritables des tifinagh et d¹autre part ceux qui veulent fixer, au nom de la rationalité moderne, la forme de cet alphabet. En creux, se profile la signification politique de ces démarches, expliquant une bonne partie des hiatus et des silences portés sur les expériences multiples et fournies de rénovation de l¹écriture en milieu touareg.

Posté par Zighcult à 17:57 - Langue berbère/Langue arabe - Permalien [#]