Zighcult

Collation personnelle d'articles et d'adresses trouvées sur le net pour effectuer des recherches

samedi 3 septembre 2005

Se taire ou?

Fsi ner ak-k srerser - La corde qu'il faut rompre

Il s'agit d'une corde symbolique qui nous oppresse, qui nous étrangle et qu'il faut rompre.

djurdjura
(Photo Djurdjura)

Toi, la corde qui m'étrangle

C'est vrai, je veux te rompre.

Il ne reste  même pas une poignée de figues

Et les jarres sont vides

La main est prête au combat,

Mais les pieds sont épuisés.

Le chemin est long,

La pente abrupte

C'est moi que tu attends,

Toi la corde qui m'étrangle

C'est vrai, je veux re rompre.

La route est bordée d'épines

Je marche sur les échardes

Quand j'ai faim

Je mange des racines

Je dors sur la paille.

Un mot, la corde

Me ligote

Si je bouge

Je serais fouettée

C'est vrai, je veux te rompre

Et mettre fin à mon supplice.

J'ai vu l'injustice

Malgré mes yeux aveugles

J'ai vu le mal

Atteindre sa limite

La Vérité est-elle morte ?

La solution introuvable ?

C'est vrai, je veux te rompre

Toi la corde  qui m'étouffe.

La frontière de mes espoirs

S'arrête au seuil de ma prison.

Je suis une chose entre leurs mains

Et mon mutisme vient de  loin.

J'ai voulu me révolter

Mais toi la corde, tu es là

C'est vrai, je veux te rompre

Tu fais déjà un double noeud.

Djouhra ABOUDA & Hadjira OUBACHIR

source:
http://perso.djurdjura.mageos.com/fsinerak_ksrerser.htm

Tarewla - La fuite

Il arrive qu'après avoir lutté, cherché à comprendre, l'être humain ne sache plus très bien ou il en est. Surtout s'il doit faire face à l'ignorance, aux mentalités rétrogrades, à l'oppression sociale. Se pose alors le problème du choix et de sa responsabilité par rapport à ce monde qui l'entoure.

Sommet inaccessible

Comment t'escalader ?

Haussée sur mes orteils

Je n'arrive pas à  t'attraper.

Le miel est amertume

Par manque de liberté,

Je le mange et il m'étouffe.

Ô ma cécité

Je me suis tue et mise plus bas que terre

J'étais comme la cendre privée de son feu

Le tronc auquel je m'étais accrochée  était pourri

Et mon sommeil devenait lourd.

Si, au-dessus de ma tête, le temps est nuageux

Le soleil finira bien par apparaître.

J'attends qu'il vienne vers moi

Mais il me presse de prendre la parole !

Djouhra ABOUDA & Hadjira OUBACHIR

source:
http://perso.djurdjura.mageos.com/tarewla.htm

Posté par Zighcult à 08:31 - Musiques et textes Djurjura - Permalien [#]