Zighcult

Collation personnelle d'articles et d'adresses trouvées sur le net pour effectuer des recherches

lundi 14 novembre 2005

Retour sur les trois récitals à Tizi Ouzou, Lounis est resté... Aït Menguellet

D. C.

depechedekabylie.com

samedi 22 octobre 2005.



Comme chaque chose, surtout la bonne, a une fin, forcément, la magie qui avait entouré les trois récitals de Lounis Aït Menguellet allait s’estomper avec la fin de l’événement. Eh oui Malheureusement pour ceux qui en redemandent encore et encore, et qui souhaiteraient que ça ne s’arrête jamais. Mais voilà ! ... le plus soulageant des traitements, des thérapies doit aussi être arrêté. Et Aït Menguellet est un peu ça pour les gens qui l’aiment. Trois jours durant, Lounis est passé leur livrer de ses ordonnances, de ses conseils, un peu de sa lumière,mais aussi des claques de frère à frère pour éveiller et réveiller les esprits... Il était là. Comme d’habitude, rien n’a changé au tableau. La silhouette toujours droite, le genou qui porte et supporte la mandoline articulée à 90° sur une chaise, la chevelure, la moustache, la barbichette.. Lounis est resté intact. Le chanteur également. Ses chansons n’ont rien perdu non plus, Ni de leur sens, ni de leur saveur, ni de leur pertinence, ni... L’œuvre est comparable à cette prescription médicale sans date de péremption. Aucune ! Sans effet indésirables ! C’est du Lounis ! Ça coule de source naturelle, un genre sur lequel on tombe rarement. Ce n’est que des mots vains mais ça vous soulage de tout. De l’essentiel. Ça vous “désinfecte” le passé et ça vous prémuni de l’avenir appréhendé. Le mode d’application n’est pas sorcier. Il suffit de bien saisir la notice. Ce n’est que des mots, des verbes, mais leur magie fait le reste. N’allez surtout pas voir ailleurs car seul Lounis en a le secret. Il l’avait et a su le sauvegarder. C’est ce qu’on appelle bien entretenir un mythe. Le mythe Aït Menguellet. Son monde le lui a toujours reconnu. En témoignent ces trois salles combles qu’on lui a réservées la semaine dernière à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Lounis a été aussi gâté par d’autres cadeaux auxquels il ne s’attendait peut-être pas. M. Ould Ali El Hadi, directeur de l’établissement, lui a offert un beau présent, un tableau magnifique mais qui “ne vaut presque rien devant l’honneur de l’accueillir ici, dans cette salle”, commente M. Ould Ali. La direction des affaires religieuses de la wilaya lui a aussi présenté un beau cadeau, un tapis de la Perse ancienne au nom personnel du ministre. Enfinun vibrant hommage du même Ould Ali lui a été fait avantla fermeture de rideau... Mais sans doute, le plus beau des présents, Lounis l’aura eu de ces centaines de spectateurs, de fidèles venus l’écouter trois jours durant : Le silence... C’est rassurant. Le monde n’a pas dévié de sa trajectoire : lorsque Aït Menguellet dit, le reste se tait...

Posté par Zighcult à 00:58 - Musique berbère - Permalien [#]