Zighcult

Collation personnelle d'articles et d'adresses trouvées sur le net pour effectuer des recherches

lundi 21 novembre 2005

Mes montagnes, ma vie!

D idurar ay d lâamriw (1989)   
Xellsegh adrar s yidammen-iw  : a d-yeqqim later-iw
Xas gullen ard a t-sefden

Wid yetganin di lmut-iw, yessamsen isem-iw
Kul tizi a yi-d-mlilen

Les montagnes sont ma vie
Du tribu de mon sang j’ai irrigué les monts
mon empreinte s’imprime à jamais,
quand ils ont en juré l’anéantissement ;

Qui s’impatiente de me voir mort,
et qui calomnie mon nom,
A chaque col devra m’affronter,

Atas i ggigh si lheqq-iw armi i qqwlegh seg yilexxaxen
Wwtegh, dligh ghef nnif-iw ufigh wigad i t-yesxewden
Xas yegga lgehd ighallen-iw
Mazal ssut-iw ad yebbaâzeq... as-d-slen !

   
J’ai laissé mon bien à l’abandon,
Je l’ai trouvé gisant dans l’immondice,
J’ai porté le regard sur mon honneur,
J’ai vu des bourreaux.
Bien que la force ait fui mes membres,
Ma voix demeure, qui retentira,
Ils l’entendront !

Nnan : " yeqqers-ed wedrar keççini ur tehdired ara "
Bnadem i bnadem yeqqar : " d amenzu n yennayer ass-a "
Teggugeg tmurt am lefnar di Tizi tressa rrehba
Di Bgayet yetterdeq waâbar ; rzan azaglu n tlufa

   
L’on dit : "La montagne s’est ébranlée  !
Et tu n’y étais pas !"
Chacun s’en va répétant:
"C’est aujourd’hui jour de l’an."
Notre terre étincelle comme un phare. A Tizi le peuple afflue.
A Bougie éclatent les salves de la victoire;
L’on a brisé le joug de nos souffrances

A lâamer-iw, a lâamer-iw... d idurar ay d lâamer-iw !

   
Ma vie ! ma vie !
Les montagnes sont ma vie !

Annagh, mennagh win ihedren xersum a d-zzgegh awal !
Lemhayen i diyi-yughen ughalent-iyi d ras-lmal
Imi Leqwbayel ddukkwlen yir laâyub a ten-sefden ;
Ul’ayghar teghwzi n wawal
Tamazight d lsas nnsen, d azar n tudert nnsen
D lweqt ad ferzen lecghwal

   
Ah ! Etre présent au milieu de vous,
Ne fût- ce que par la parole combattre !
Les calvaires dont je suis frappé
Sont devenus mon unique empire,
Mais puisque les Kabyles s’unissent,
Ils dissiperont nos funestes tares,
A quoi bon les vains verbiages :
La berberité fonde leur histoire ;
Elle est la racine de leur vie,
Il est temps que se purifie notre condition.

A lâamer-iw, a lâamer-iw... d idurar ay d lâamer-iw !

   
Ma vie ! ma vie !
Les montagnes sont ma vie !

Xas yeççeh wul-iw, maâdur, garawen imi ur hdiregh ara
Atas i iâabba yeççur, zzay ur yezmir ara
Yebgha ad as-d-slen laârur, widen ara yeççen ahicur
M’akka tuzdag nnaâma
Win i s-yennan : awhid mehqur , a d-yas a d-izid lehdur
M’akka ghuri i d-terza ssehha

 
A bon droit mon coeur s’afflige,
Puisque je ne suis pas parmi vous.
Son fardeau lui pèse, déborde,
Excède ses forces, il n’en peut plus !
Il veut que l’entendent les malfaisants,
Ceux-là qui mangeront du foin
Quand notre blé purgé de l’ivraie.
Que celui qui dit l’esseulé humilité,
Vienne affermir son propos,
S’il nous terrasse, c’est bien fait !

A lâamer-iw, a lâamer-iw... d idurar ay d lâamer-iw !

   
Ma vie ! ma vie !
Les montagnes sont ma vie !

" Yir lehdur seffden ddnub ", i d-nnan yimezwura
Ul’ayghar a ttfegh addud i wayen ur nesâi lmaâna
Ad yughal ad yehlu ufud, ad as-teslem i wegrud
Ad yetghenni ghef Timmuzgha
Ayen i gh-d-yegga Dda Lmulud deg yigenni iban-ed am rrâud
Wiss’ ma thulfam i tmeqwa...

Les mots infâmes triomphent de la malédiction,
Selon l’adage de nos ancêtres.
Pourquoi irai-je me tourmenter,
Pour quelques brimborions ?
Les forces me reviendront,
Portez mon salut aux enfants,
Qu’ils chantent la terre de Berbérie :
L’héritage de Mouloud Mammeri,
Comme la foudre dans le ciel éclate :
En sentez-vous les gouttes tomber ?

A lâamer-iw, a lâamer-iw... d idurar ay d lâamer-iw !   

Ma vie ! ma vie !
Les montagnes sont ma vie !

-------------------------------------

Ces paroles rappellent sans cesse le combat, la passion dont la vie de ce chanteur ô combien regrétté a fait l’objet et dont chacun de nous devrait s’inspirer.

C’est au sujet de ces émotions, de la richesse de notre culture également ainsi que du courage et des motivations nécessaires à sa sauvegarde que l’on aimerait que la plupart des internautes usent leur énergie (personnelle et électricité de l’ordinateur !) et leur temps ...

Tanmirt. Zahia.

------------------------------------

Matoub c’est qlq’un qui sait la valeur des montagne Lounes est engendré pas les montagnes,

il a vécu une vie meilleure: on peut même faire une allusion à james din, maradona, etc... il savait tout dans la vie, il a fréquenté des grands intellectuels, des grands artistes , sincèrement je pense pas que l’algérie peut suciter encore comme Lounes.

massinissa 18ans de beni-douala

------------------------------------

Pour moi le fait d’être berbère signifie énormément de chose tout d’abord ma langue est pour moi la meilleure langue au monde mais aussi notre culture qui est un peu trop vieille et qui ne se modernise pas vraiment vite mais nous avons des traditions exceptionnelles.

J’aime et j’adore mon pays et cela depuis toute petite je suis une jeune beur qui est née en France mais j’ai été élevée par ma grand mère qui m’a inculqué nos traditions, notre langue et notre culture et mes enfants seront élevés dans le même état d’esprit que celui avec lequel je l’ai été, un peu plus moderne sur certains point mais avec toute cette différence que crée le fait d’être Kabyle de la Grande Kabylie.

Pour moi comme pour toute ma famille Matoub Lounès représentait et représente encore beaucoup ceux qui l’on tué sont pour moi des ignorants et pas plus.

zaïna.


Source

Posté par Zighcult à 00:08 - Musique berbère - Permalien [#]