Zighcult

Collation personnelle d'articles et d'adresses trouvées sur le net pour effectuer des recherches

mardi 25 avril 2006

Messages Kabyles - Ur Nettruz Ur Unkennu

Messages Kabyles - Ur Nettruz Ur Unkennu
Film documentaire de Nadia Dailal
Production Sybous - Janvier 2002. 52 min, couleur
Avec Shamy Chemini, du groupe Abramis.

 

Messages Kabyles, Parti pris de réalisation

Peu de films documentaires en Algérie, et encore moins en Kabylie, sont réalisés sans être sous le contrôle de l'Etat. Ce documentaire, MESSAGES KABYLES , réalisé au cours de l'été 2001 dans la clandestinité, lui confère une grande liberté de parole. Le sujet même du film vient briser la loi du silence. Au Maghreb, la liberté d'expression n'existe pas. Les Anciens ont toujours craint de critiquer ouvertement les agents du pouvoir, contrairement à la génération d'aujourd'hui qui tient à sa liberté et affirme ouvertement sa colère face à une répression meurtrière. Née en France, d'origine marocaine, la situation actuelle du Maghreb m'est particulièrement sensible et ce voyage m'a permis de comprendre l'histoire de mes origines Berbères. Mais plus que l'identité culturelle, l'intérêt du documentaire est aussi de recueillir le témoignage d'une population qui n'a jamais eu l'occasion de s'exprimer. Cette population qui ose, malgré les répressions, affronter un pouvoir qui ne répond que par les armes est un phénomène récurrent au Maghreb où les protestations ne sont pas tolérées. Cette volonté de se faire entendre transperce l'écran ; certains ne contiennent plus leur rage. D'autres diront que la démocratie s'arrache et ne cesseront de répéter : " Vous ne pouvez pas nous tuer, car nous sommes déjà morts ! " La caméra devient, à leurs yeux, une ouverture vers l'extérieur et ils s'empressent avec force de témoigner des injustices qu'ils subissent sous toutes ses formes.

Messages Kabyles , Synopsis

Portrait d'un artiste et d'une région en révolte contre le pouvoir d'Alger. Shamy Chemini, artiste kabyle engagé, exilé parisien, retourne en Algérie après huit ans d'absence. Il nous emmène sur les traces de ses racines à travers un voyage itinérant de la Basse à la Haute Kabylie. Dans son village d'Ait Brahim, il retrouve les siens et découvre leurs difficultés au quotidien : la cherté de la vie, un taux de chômage très élevé, l'inactivité des jeunes qui vivent sur les retraites de leurs parents. Shamy assiste à une marche silencieuse organisée par son village à l'occasion du 40 e jour de deuil, comme il est de coutume, à la mémoire de son cousin Ayad Ramdhane, assassiné par les gendarmes le 17 juin 2001 au cours d'une émeute. La famille du jeune défunt témoigne d'une mort programmée par les forces de l'ordre qui attaquent, le plus souvent, les étudiants porteurs d'une conscience politique affirmée. Ce phénomène courant qu'ils appellent la " hogra " (le mépris) est source de révolte et de soulèvements populaires. Les Comités des villages se mobilisent. Shamy participe aux décisions prises lors des réunions tenues dans sa région et marche aux côtés de la population. Le but est de se rendre sur Alger, situé à 300  km du village, et d'effectuer une marche pacifique afin de remettre au Président la plate-forme d'El Kseur, rédigée par les Aârouchs (Comité des villages kabyles), composée de quinze points de revendications sociales, économiques et culturelles. Les barrages mis en place par le gouvernement sur toutes les routes qui mènent à la capitale empêchent les manifestants d'atteindre leur objectif. Bloqués par les CRS, les marcheurs crient leur fureur à travers des slogans comme : " Pouvoir assassin, Ulac smah ulac (Pas de pardon) " ... Cette traversée nous conduit à Azeffoune, située en bord de côte. Shamy y rencontre le Maire de cette commune, qui nous explique la difficulté de gérer, dans un pays tel que l'Algérie, aussi bien en temps de paix qu'en temps de crise. Shamy quitte son pays, convaincu du combat à mener face à la corruption quotidienne. Il a le désir profond et la volonté de se battre pour les siens afin que leurs souffrances et leurs revendications puissent être entendues, tant au niveau de la communauté kabyle exilée que de l'opinion publique étrangère.

Portrait de Nadia DALAL, Réalisatrice

MESSAGES KABYLES   est sa première réalisation. Passionnée par l'image et l'écriture scénaristique, sa formation en cours du soir d'audiovisuel l'a amenée au cinéma où elle apprend " sur le tas" le métier de monteuse image. Sa pratique sur le terrain la conduit à participer à la réalisation de différents genres de films : courts-métrages, documentaires et long-métrages de fictions.

 

Portrait de Shamy CHEMINI

Artiste écrivain, il est né en 1944 à Ait Brahim, en Kabylie. Il vit en France depuis quarante ans et milite depuis pour faire connaître sa culture, celle du peuple Berbère, sans pour autant appartenir à un parti politique. Suite à des séquelles physiques pendant la guerre d'Algérie, Shamy se rend en France dans un hôpital de la région parisienne où il subit onze interventions chirurgicales. Quelques années plus tard, en 1967, il co-fonde le premier groupe algérien de musique moderne d'expression kabyle, Les Abranis , avec lequel il sillonne l'Afrique et l'Europe pendant plus de vingt ans. Autodidacte, pionnier des radios libres, c'est aujourd'hui par la publication de cinq ouvrages intitulés Orgueilleuse Kabylie, où il retrace la vie des siens en Algérie et en France, de 1940 à 1990, qu'il inscrit, dans le patrimoine kabyle, l'histoire de son pays.

  °°°000°°°

Maroc, Commémoration du double anniversaire du Printemps Berbère et du Printemps Noir A Goulmima

À l'occasion de la célébration du 26 ème anniversaire du Printemps Berbère ( Tafsut Imazighen , le 20 avril 1980) et du 5 ème anniversaire du Printemps Noir ( Tafsut Taberkant , 2001), l'Association Socioculturelle Tilelli* organise un visionnement du documentaire  Ur nettruz, ur nkennu de Nadia DAILAL avec Shamy CHEMINI du Groupe ABRANIS .

*Pour le Bureau de l'association Socioculturelle Tilelli

Le Président : Ali HARCHERRAS

TAMESMUNT TAMETTIT TADELSANT TILELLI

ASSOCIATION SOCIOCULTURELLE TILELLI

B.P. 69, GOULMIMA

Tel: 035 78 47 28

E-mail: tilelli@hotmail.com

Visionnement le dimanche 23 avril 2006, à partir de 18 heures à la Bibliothèque Tilelli , sise au 23, rue des Alaouites, Goulmima. suivi de débat.

°°°

Posté par Zighcult à 01:13 - Films - Permalien [#]