Zighcult

Collation personnelle d'articles et d'adresses trouvées sur le net pour effectuer des recherches

jeudi 11 mai 2006

«Boukssasse Boutfounaste», le premier film marocain en amazigh

Boukssasse Boutfounaste», le premier film marocain en amazigh
06.05.2006 | 14h51 
«Boukssasse boutfounaste», c'est le titre du premier film marocain en amazigh. Une première dans l'histoire du cinéma marocain, grâce au financement de Bouchta Production. Son réalisateur, Badr Abdelilah, vit et travaille en Belgique où il anime une association du 7e art. Nous l'avons rencontré pour en savoir plus sur lui et sur son film dont la sortie nationale est prévue le 17 mai.

Le Matin : C'est le premier film en amazigh, un grand événement cinématographique au Maroc. Est-il vraiment le premier ?

Il y en a d'autres en VCD et DVD, mais c'est le premier film fait pour le cinéma. Il se base sur un scénario, une histoire structurée qui justifie tout le film. Seconde différence, c'est qu'il s'appuie sur des comédiens marocains de renom dont certains sont connus internationalement. Ceci étant, il y a un autre film amazigh de Mzoda qui va sortir lui aussi incessamment.

Que signifie Boukssasse Boutfounaste?

Boukssasse c'est un nom, Boutfounaste c'est le «propriétaire de la vache». Le comédien, Mohamed Id Lkadi, a déjà incarné le rôle de Boukssasse dans d'autres films, je reprends donc le même nom comme s'il s'agissait d'une suite. Mais mon film, en plus d'être comique, est un film social où il y a de l'action.

Lequel des deux parlers est amazigh, le tachelhit, le tarifit ?

La langue du Souss est essentiellement mélangée avec de l'arabe. Mais il y a un sous-titrage en arabe et en français. Ceci étant, je considère que ce produit est d'abord un film marocain c'est-à-dire qu'il s'inspire de la culture marocaine, un patrimoine commun à toutes les composantes sociales et ethniques de ce pays..

Vous êtes un nouveau nom dans le cinéma marocain. Qui est Badr Abdelillah?

Je suis d'abord un sportif, un champion des arts martiaux, kung fu, karaté, etc. Mon premier contact avec le cinéma a eu lieu grâce à Mohamed Ousfour qui m'a proposé un rôle dans un petit film portant son nom : «Ousfour», c'était en 1983. Malheureusement, je n'ai pas pu réaliser mon rêve ici au Maroc, étant donné toutes les difficultés que l'on sait.

C'est en Belgique que j'ai suivi des études de cinéma, après quoi j'ai été assistant de réalisateur auprès de Mickey Ruhrk et avec d'autres. J'ai travaillé également avec des Marocains tels Saïd Naciri, avec qui j'ai assuré la direction des combats, et Hassan Benjelloun ; j'ai aussi travaillé avec la télévision. C'est grâce au producteur Bouchta Ibrahimi que j'ai pu faire ce premier film.

Le tournage s'est déroulé entièrement au Maroc?

Au Maroc essentiellement, avec une partie en Belgique.

De quoi s'agit-il dans ce film?

C'est un film comique à connotation sociale. C'est l'histoire de Boukssasse qui avait besoin d'argent et qui va essayer de vendre la vache de son voisin qui se trouve en Belgique.

Une fois au souk, il va se trouver mêlé à une aventure inimaginable.
Ceci étant, je me suis attaché à faire un film qui soit en mesure d'offrir du spectacle. J'ai également évité le piège de la folklorisation des campagnes marocaines. Le berbère n'est pas seulement un rural qui conduit un âne, il est également médecin, ministre, chercheur ou simple employé de bureau.

Comment s'est fixé votre choix sur les comédiens ?

Ce sont des comédiens de qualité, ils sont connus au Maroc, je suis particulièrement satisfait de leur travail.

C'est Najib Benkiran qui assure la distribution, il est connu pour son militantisme en faveur du cinéma marocain.
On peut le dire, effectivement ; grâce à lui, le film va passer au cinéma Rif, au Lynx et à Mégarama.

Casting
Mohamed Id Lkadi (Boukssasse)
Zahia Zahiri (Fadma )
Beguigui Zouf (L'épicier)
Fatima Talbanant (La cliente)
Mohamed Smina (Le voisin )
Abdelillah Badr (Badr)
Abdollah Ouzzad (Fkih)
Samir Ben Hammou (L'acheteur de tapis Abdelhak Modhak)
Oussama El Ayoubi ( Le bandit)
Ali Soultan ( Le bandit)
Azzdine Jabri ( Le bandit)

Les invités d'honneur
Abdelkarim Qissi (Qissi)
Miloud El Arbaoui (le boss de la bande)
Mohamed El Haouat (Le Kaïd).

Propos recueillis par Abdelaziz Mouride | LE MATIN 

source


Cinéma. "Boukssasse Boutfounaste", le premier film marocain en amazigh. Une première dans l'histoire du cinéma marocain, grâce au financement de Bouchta Production. (édition du 8 mai 2006)

source


_

Boukssasse homme rusé, mais simple d’esprit vit à Aït Ourir, petit village  paisible berbère. Il est la risée de son entourage.   
N’ayant plus de moyens pour subvenir aux besoins de la famille. Boukssasse n’a qu’une idée en tête : vendre la vache appartenant à son ami résidant en Belgique ; une mission qui paraît anodine….
Avide d’argent , il mettra  au point un plan machiavélique, qui le mettra lui et sa vache dans une situation inconfortable,  rocambolesque, qui l’amènera au centre d’un conflit, où il se  mettra à dos les habitants du village et une bande de brigands venus d’ailleurs ;  à la recherche d’un trésor enfoui depuis de longue date…..
Se succéderont tout au long du film burlesque une série d’évènements, dont  il  perdra le contrôle et le conduira à commettre l’irréparable….

une bande annonce

BOUCHTA PRODUCTION
Bd EL HOURRIA N°2
BERRCHID
MAROC
00212 61171728

un casting

un CV du réalisateur

BADR Abdelillah

Réalisateur, acteur et chorégraphe de combats

Né en 1963 à Casablanca, il rêve depuis sa plus tendre enfance de devenir acteur réalisateur et chorégraphe de combats. Il participera à de nombreuses rencontres sportives entre des clubs et des écoles du Maroc.
Sa première grande expérience cinématographique, aura lieu sur le  tournage du film : « Casablanca Express », film italo-américain.

En Belgique, il tournera dans différentes productions dont une hollandaise :
« Shades » avec l’acteur Mikey Rourke ; le film « The Crossing », film belgo américain.
Il sera  chorégraphe de combats dans de nombreuses productions marocaines : Les Bandits, l’ émission « Alach la » (RTM),  "Ana khoya ou mratou (RTM)".
film « Yaritte » du réalisateur Hassan Ben Jelloune.

Il participera à la réalisation de reportages pour l’Ecole cinématographique IAD de Louvain la Neuve.
Il sera le Directeur audio-visuel « Brabant Verte », et animateur à l’asbl RENOVAS.
Expert en arts martiaux, il obtiendra la ceinture noire 3èmedan en Karaté, la ceinture noire 1ère dan en Tang Soo Do ainsi que la ceinture noire 1ème dan en Teakwon do. Il acquiert une grande expérience en Jeet Kune Do,  Kung fu,  Full contact,  et en escrime de théâtre.
Il aura la direction d’un club d’arts martiaux à Bruxelles.
Il est le Président de l’ association 7 ème Art située à Bruxelles.

source


Posté par Zighcult à 06:26 - Films - Permalien [#]