Zighcult

Collation personnelle d'articles et d'adresses trouvées sur le net pour effectuer des recherches

lundi 15 janvier 2007

11E ÉDITION DU SALON INTERNATIONAL DU LIVRE D’ALGER

   Le règlement interne du Salon international du livre d’Alger (Sila), dont la onzième édition est prévue du 30 octobre au 10 novembre prochain, a été amendé. Il connaîtra, de ce fait, des changements considérables.
Le règlement interne du Salon international du livre d’Alger (Sila), dont la onzième édition est prévue du 30 octobre au 10 novembre prochain, a été amendé. Il connaîtra, de ce fait, des changements considérables. « Les exposants étrangers, à la fin du salon, récupéreront les livres qu’ils ont exposés sans pour autant payer certains frais qui leur ont été imposés dans les précédentes éditions », a indiqué hier le président du Syndicat national des éditeurs algériens, M.Mohamed Tahar Guerfi.

Celui-ci, lors de son passage, hier, sur les ondes de la chaîne Ethaqafiya (culturelle) de la Radio nationale, a ajouté que les 670 exposants qui participeront à la nouvelle édition du Sila, ont déjà envoyé les listes des livres à exposer. Lesquelles sont actuellement sur les bureaux des ministères, respectivement, des Affaires religieuses, et celui de la Culture.

Revenant sur la situation du secteur du livre en Algérie, le conférencier en a brossé un tableau qui n’est pas du tout reluisant. Néanmoins, à l’en croire, cette situation, que d’aucuns jugent de précaire, est due principalement à l’absence d’une réglementation fiable régissant le paysage éditorial en Algérie. « Ce qui cause d’énormes préjudices au secteur du livre en Algérie, c’est bien l’absence des lois » a révélé, non sans amertume, le représentant des 70 éditeurs algériens adhérés au Snel.

Il a, en ce sens, déploré le silence radio ob-servé par le ministère de la Culture. « Nous avons déposé auprès de la tutelle, une série de suggestions et de propositions. La ministre de tutelle nous a promis d’étudier ce dossier et elle nous a promis par là même, d’élaborer une loi sur le livre », a indiqué M.Guerfi. Dans sa lancée, le conférencier poursuit : « A chaque fois qu’on s’enquiert du dossier on nous dit d’attendre. La première fois, on nous a promis que la loi sera adoptée au mois de juin dernier. Alors que le mois de juin a tiré à sa fin sans pour autant avoir quoi que ce soit ; nous avons alors reformulé la demande, cette fois-ci encore on nous a promis d’adopter ce fameux projet de loi au mois de septembre dernier. Mais, malheureusement, à ce jour on n’a rien vu venir ».

A se demander, maintenant et à juste raison, en quoi consiste cette fameuse politique du livre dont ne cesse de parler la ministre de la Culture. Peut-on, en effet, encourager l’édition, construire des bibliothèques, et allouer des budgets alors qu’aucune réglementation ni loi régissant le livre ne sont élaborée ?

A propos de la piètre qualité du livre scolaire, confectionné par les éditeurs privés, le président du Syndicat national des éditeurs algériens a imputé cette lacune au ministère de l’Education nationale. « La tutelle nous a remis un travail et elle nous a chargés uniquement de la tâche de l’imprimer. Nous n’avons eu droit à aucun regard sur la matière ni la qualité que ces livres contiennent. Et ce n’est qu’après avoir terminé le travail que nous en avons constaté les lacunes dont tout le monde parle aujourd’hui », a conclu le président du Syndicat des éditeurs algériens, M.Mohamed tahar Guerfi.

Hakim KATEB

SOURCE


11e Salon international du livre d'Alger - SILA
du 30 octobre au 10 novembre 2006
Alger, ALGÉRIE
http://www.sila.dz

CIRCULAIRE -- CIRCULAIRE_ALGER_2006.pdf (166 KB)

Contexte
Déplacé à la fin octobre en raison du mois de Ramadan, le onzième Salon international du livre de'Alger (SILA) attend cette année près de 300 000 visiteurs. En 2005, le salon réunissait 700 stands de 22 pays (contre 584 de 20 pays en 2004).

Dans un pays qui souffre des difficultés de la chaîne de diffusion-distribution, l’état s’est engagé à promouvoir le livre - éditeurs, importateurs et libraires - notamment dans la perspective d’Alger, Capitale Culturelle Arabe 2007.

Le salon, s’il est avant tout un évènement grand  public, se professionnalise. Le marché Algérien pour l’export reste stable (14e pays client selon les statistiques export du SNE). Rappelons que le Bureau du Livre de l’ambassade de France est très actif dans son soutien à la traduction et à la publication.

En 2006, le BIEF place l’Algérie parmi ses priorités, avec en particulier l’organisation de rencontres professionnelles et une exposition de livres en sciences, techniques, médecine et en droit à Oran. Par ailleurs une étude sur le marché du livre de droit en Algérie, réalisée cette année sera diffusée au mois d’octobre.

Cette année encore, le BIEF sera présent au SILA à travers un stand collectif général.

Comment participer ?
=> Télécharger et lire la circulaire dans [Informations pratiques pour les éditeurs français],
=> Pour s'inscrire, rendez-vous dans la rubrique Inscriptions avant le vendredi 29 septembre 2006

Fréquence : annuelle
Exposants de l'année précédente : 667 en 2005
Fréquentation : 260 000 visiteurs en 2004
Disciplines : toutes
Contacts BIEF : Gaël De Vos g.devos@bief.org & Laure Ciccione l.ciccione@bief.org

catalogue du salon et source de l'article

diaporama du salon

Posté par Zighcult à 16:27 - Le livre et l'édition en Algérie - Permalien [#]